Qu’est-ce qu’une Daara?

De taille plus ou moins grande, une Daara est généralement, au point de vue territorial, une réalité abstraite en ce sens qu’elle n’est pas obligatoirement confinée en un seul endroit.

A sa tête se trouve un guide spirituel et moral accompli (Cheikh) rattaché à la chaîne initiatique (silsila) de Cheikh Ahmadou Bamba. Il est chargé de diriger et de dispenser une éducation spirituelle (Tariqa – la voie) à ses disciples. Ceux-ci, comme évoqué plus haut, ne vivent pas obligatoirement dans le même espace géographique (quartier, ville, pays, voire même continent). Les membres de la même Daara, peuvent donc habiter des localités différentes. Mais s’il arrive que des disciples (au moins deux), affiliés au même Cheikh, vivent dans le même endroit, ils forment des entités appelées zones ou cellules. A la tête de celles-ci, on y trouve un responsable moral (Diawrigne = représentant), chargé d’animer le groupe.

Ainsi il y a  les cellules qui sont au Sénégal ,mais aussi à  l’île de la Réunion, en France , Grande Bretagne, l’Afrique du Sud, Le canada, L’île Maurice et les Etats Unis.

Tout disciple ayant atteint la maturité spirituelle, reçoit de son Cheikh l’ordre, de diriger une cellule, dont il sera à la fois l’animateur, le responsable moral et spirituel.

C’est par ce moyen, qu’à ce jour, partout dans le monde, on retrouve les «Témoins du Serviteur du Messager de l’Eternel », et ce pour le triomphe de l’Islam pur et orthodoxe.

Notre daara a son siège à Pout , au Sénégal. Elle s’organise autour du Cheikh qui est aidé par un Conseil d’Administration, qui coordonne les activités des trois pôles :

  1. Administratif et financier
  2. Education, formation et communication
  3. Social et ressources humaines

Ces trois pôles pilotent des actions:

  1. socio-économiques : Ce sont des projets initiés et financés par la daara. Par ce moyen, elle contribue au développement du pays et à la promotion sociale de ses membres.
  2. et éducatives :  la Daara developpe des stratégies d’investissement appropriées dans le capital humain. Elle se matérialise par l’orientation et le soutien des étudiants et des élèves vers des filières porteuses et compétitives.

La Daara permet également à ceux qui sont sans qualification professionnelle de bénéficier d’une formation, au sein même de la daara.